Harris Gkekas ©Ashley Wright

Accueils studio : 8 compagnies au programme

Catherine Diverrès, Harris Gkekas, Marion Carriau, Bernardo Montet, Bryan Campbell, Myriam Gourfink, Radhouane El Meddeb & Andrea Sitter

Les Centres chorégraphiques nationaux participent au soutien et au renouvellement de l’art chorégraphique en accueillant et coproduisant des compagnies en résidence, notamment dans le cadre de l'accueil studio (dispositif initié en 1998 par le ministère de la Culture). Axe important du projet du CCNT, ces accueils sont choisis et proposés dans une optique de décloisonnement esthétique, sans contrainte de styles ou de familles artistiques. Cette saison, le CCNT accueille huit compagnies dans le cadre de l’accueil studio. Toutes bénéficient d’un accompagnement financier, de la mise à disposition d’un studio, d’un logement et d’un soutien technique. Afin de valoriser au mieux ces accueils, nous proposons aux chorégraphes invités de rencontrer le public tourangeau à l’occasion d’une heure curieuse. Ce rendez-vous permet à chaque chorégraphe de présenter son parcours et de dévoiler, s’il le souhaite, une étape de son travail en fonction de l’avancée de son projet. Ces rendez-vous gratuits favorisent le dialogue entre le public et les artistes et permettent de découvrir l’ensemble des chorégraphes présents dans la saison.

Compagnie Catherine Diverrès (Vannes)
Jour et Nuit
Création le 9 février 2019, Viadanse, CCN de Bourgogne Franche-Comté / Le Granit, Scène nationale de Belfort
En accueil studio du 24 au 28 septembre
Heure curieuse le 28 septembre à 19h : + d'infos
compagnie-catherine-diverres.com


Catherine Diverrès est l’une des figures les plus marquantes de la danse contemporaine de ces trente dernières années. Formée à l’école Mudra de Maurice Béjart, elle se fait remarquer en compagnie de Bernardo Montet avec lequel elle part six mois durant suivre l’enseignement de Kazuo Ohno au Japon entre 1982 et 1983. À leur retour, ils fondent le studio DM et prennent dix années plus tard la direction du Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne, qu’elle dirige seule entre 1998 et 2008. Comme le souligne la critique de danse Irène Filiberti : « le parcours de Catherine Diverrès est jalonné de pièces aux visions fulgurantes, aux partis pris polémiques. Mélancolie, sentiment tragique, approche du vide, abstraction, profonde intériorité animent sa danse qui se déploie dans le raffinement d’une gestuelle nerveuse et vibratile ». Au fil du temps, Catherine Diverrès a créé une œuvre qui comprend une trentaine de pièces hantées par des états de conscience, des corps subtils, qui nous parlent d’espace, de temps, de résistance, et qui entrent en résonance avec les grands bouleversements de la vie. Ses dernières pièces, Penthesilées (2013), Dentro (2015) et Blow the Bloody Doors Off! (2016) continuent d’en témoigner. Sa création Jour et Nuit, pour neuf interprètes, vient ponctuer ce parcours magistral.

--------------

Harris Gkekas / Compagnie Strates (Lyon)
Plateaux
Création le 13 octobre 2018, KLAP Maison pour la danse, Marseille
En accueil studio du 1er au 5 octobre
Heure curieuse le 5 octobre à 19h : + d'infos
strates-harrisgkekas.squarespace.com


Harris Gkekas quitte la Grèce, son pays d'origine, à l'âge de 13 ans pour suivre l'enseignement de Daniel Lommel à Bourges et obtient une bourse de la Fondation A. Onassis. Son parcours professionnel débute à 17 ans avec la compagnie Aenaon. Il intègre par la suite le Jeune Ballet International, le Ballet de l'Opéra national du Rhin, le Grand Théâtre de Genève et celui de l'Opéra de Lyon, assurant des rôles de soliste ainsi que de nombreux rôles-titres dans des pièces de répertoire de Merce Cunningham, Trisha Brown, Lucinda Childs ou encore Dominique Bagouet, Alain Buffard et William Forsythe… Ses collaborations avec Catherine Diverrès, Maguy Marin, Ralph Lemmon, Félix Ruckert, Otto Ramstad et Christian Rizzo le poussent à initier sa propre recherche. En 2015, il fonde la compagnie Strates et y développe ses premiers travaux. Yond.Side.Fore.Hind (2015), VWA (2016) et Mille (2017) sont présentés entre autres aux Subsistances à Lyon, à KLAP à Marseille et à l'Abbaye de Royaumont. Sa prochaine création, Plateaux, est l'inévitable suite du solo Mille s’inscrivant dans la logique de Mille Plateaux, essai de Gilles Deleuze et Félix Guattari qui a inspiré cette recherche. Pour cette nouvelle pièce, il poursuivra son travail de recherche centré sur les notions de strates, de lignes, de mouvements de déstratification et de ruptures.

--------------

Marion Carriau / Association Mirage (Montargis)
Je Suis Tous Les Dieux
Création le 13 décembre 2018, CCN de Tours (SPOT # Région) : + d'infos
En accueil studio du 3 au 12 décembre
labelleorange.fr/marion-carriau-association-mirage


Après une formation au CRR de Paris puis au CNDC d’Angers, Marion Carriau participe aux créations de Mohammed Shafik, Les gens d’Uterpan, Mylène Benoit ou encore Arthur Perole. Elle collabore également avec des artistes du champ visuel comme Laurent Goldring et Julien Prévieux. En 2011, elle rencontre Joanne Leighton et participe aux créations des Modulables, Exquisite Corpse, 9000 Pas, I'm sitting in a room, Songlines. Elle est également engagée sur le projet participatif Made In...Séries et Les Veilleurs (Haguenau et Freiburg). En 2009, elle entame une formation au bharata natyam au Centre Mandapa. La pratique de deux langages chorégraphiques distincts, la danse contemporaine et le bharata natyam, l’a conduite à envisager la question de l’identité et de l’appartenance de manière plurielle. En 2016, elle fonde l’association Mirage en Région Centre-Val de Loire et entame son propre travail chorégraphique. Je Suis Tous Les Dieux, premier solo de la chorégraphe, est une tentative de décontextualisation du bharata natyam dans un cadre contemporain. Depuis 2017, elle a intégré le bureau d’accompagnement d’artistes La Belle Orange situé à Tours.

--------------

Bernardo Montet / Compagnie Mawguerite (Morlaix)
Mon âme pour un baiser
Création 2019
En accueil studio du 21 janvier au 1er février
Stage amateurs tous niveaux, Espace. Temps. Décélération., les 19 et 20 janvier : + d'infos
Heure curieuse le 1er février à 19h : + d'infos
ciemawguerite.com


Après son passage au sein de la prestigieuse école Mudra de Maurice Béjart à Bruxelles, Bernardo Montet obtient en compagnie de Catherine Diverrès une bourse du ministère de la Culture pour aller étudier au Japon la danse butô avec le maître Kazuo Ohno. Ce voyage dit-il « bouleverse son rapport au corps dansant ». Il co-dirige avec Catherine Diverrès le CCN de Rennes et de Bretagne jusqu’en 1998, année où il crée sa compagnie Mawguerite et devient artiste associé au Quartz, scène nationale de Brest. Il dirige le CCN de Tours de 2003 à la fin 2011 où il crée neuf pièces et développe des projets singuliers tels que « Veiller par le geste » et « Les Grands Ateliers ». En 2012, il reprend la direction de sa compagnie qu’il implante à Morlaix où il devient artiste associé au projet SE/cW – plateforme d’arts et de recherches associant le cinéma La Salamandre, la compagnie de théâtre L’Entresort et l’association de musiques électroniques Wart. Toutes ses pièces, portées par l’exigence et la radicalité, traitent de sujets qui lui sont chers : le colonialisme, l’identité, la conscience des corps, la résistance… Mon âme pour un baiser, nouvelle création, est envisagée comme un huis clos pour trois jeunes interprètes féminines.

--------------

Bryan Campbell / Météores Plateforme chorégraphique (Nantes)
Square Dance
Création 2019
En accueil studio du 26 au 30 mars
Heure curieuse le 29 mars à 19h : + d'infos
meteores.org


Bryan Campbell, artiste américain, vit et travaille à Paris. Depuis 2008, il élabore un travail mêlant reproductions visuelles, texte et chorégraphie. Après des études à la Tisch School of the Arts de l'Université de New York, et au CCN de Montpellier dans le cadre d’ex.e.r.ce (2009/2010), il réalise la conférence dansée Research for the quadruped protagonist. En 2013, il reçoit la bourse DanceWEB, et en 2015, il crée MARVELOUS, un projet d’édition et de performance présenté à PACT Zollverein, au Kaaistudios, ainsi qu'aux festivals Artdanthé, Actoral, Latitudes Contemporaines et Uzès Danse. Actuellement, il travaille à la création de SQUARE DANCE. Pour ce quintet, il puise dans les dynamiques de deux pratiques de danse « de société » : la square dance américaine et la danse « en boîte de nuit » pour questionner les schémas des relations sociales. Il travaille également sur Janitor of Lunacy : a Filibuster, un monologue de longue durée inspiré d’une pratique d’obstruction législative du Sénat américain, le filibuster. En tant qu’interprète, il a travaillé avec Loïc Touzé, Jana Unmüssig, Emmanuelle Huynh, Jocelyn Cottencin, Antonija Livingstone et Jennifer Lacey, Ambra Senatore et Olivia Grandville. Il collabore actuellement avec DD Dorvillier, Perrine Maurin et Gaëtan Rusquet et a participé à la recréation des Inconsolés d’Alain Buffard.

--------------

Myriam Gourfink / Loldanse (Paris)
Déplacement vers le sens (titre provisoire)
Création 2020
En accueil studio du 1er au 5 avril
Heure curieuse le 5 avril à 19h : + d'infos
myriam-gourfink.com

Formée au Conservatoire d’Angers, Myriam Gourfink étudie la Labanotation avec Jacqueline Challet-Haas au Centre National d’Écriture du Mouvement. À partir de ce système de recherche d’écriture du mouvement, et grâce à la pratique de différentes techniques somatiques comme le yoga, elle formalise son propre langage de composition. Depuis 1998, ses chorégraphies invitent l’interprète à être conscient de ses actes et de ce qui le traverse. Figure de proue de la recherche chorégraphique en France, également invitée par de nombreux festivals internationaux, Myriam Gourfink a été artiste en résidence à l'IRCAM en 2004/2005 et au Fresnoy, Studio national des arts contemporains en 2005/2006. De janvier 2008 à mars 2013, elle a dirigé le Programme de recherche et de composition chorégraphiques (PRCC) à la Fondation Royaumont. De 2012 à 2015, elle a été artiste en résidence au Forum de Blanc-Mesnil et accueillie en 2015/2016 en résidence de saison à Micadanses à Paris. Pour sa prochaine création, Déplacement vers le sens, Myriam Gourfink souhaite créer une performance d'environ quatre heures pour des espaces sans frontalité, quelques chaises et coussins à disposition. La possibilité pour le public d’errer, d’entrer et sortir… 

--------------

Radhouane El Meddeb / La compagnie de SOI (Paris)
AMOUR-S
Lorsque l’amour vous fait signe, suivez-le
Création 2019
En accueil studio du 8 au 12 avril
Heure curieuse le 12 avril à 19h : + d'infos
lacompagniedesoi.com

Après l’Institut Supérieur d’Art Dramatique de Tunis, le titre de jeune espoir du théâtre tunisien de l’Institut International de Théâtre et une carrière franco-tunisienne dans le théâtre et le cinéma, Radhouane El Meddeb présente Pour en finir avec MOI (2005) à Montpellier Danse. Une révélation qui ouvre un parcours d’une quinzaine de pièces chorégraphiques créées notamment à Montpellier Danse (Hùwà, Ce Lui en 2006, Sous leurs pieds, le paradis en 2012 et À mon père, une dernière danse et un premier baiser en 2016), aux Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis (Quelqu’un va danser… en 2008) et au CN D à Pantin (Je danse et je vous en donne à bouffer en 2008 et Ce que nous sommes en 2010). De 2011 à 2016, il est artiste associé au Centquantre à Paris et créé Nos Limites (2013), Au temps où les arabes dansaient… (2014), Nous serons tous des étrangers (2015) pour la Biennale de danse de Venise, Heroes, prélude (2015) au Panthéon et Heroes (2016) au Festival de Marseille Danse et Arts Multiples. En 2017, Face à la mer, pour que les larmes deviennent des éclats de rire est présentée au Festival d’Avignon. En 2019, le chorégraphe créera son Lac des Cygnes avec le Ballet de l’Opéra national du Rhin et le trio AMOUR-S, inspiré par la poésie de Gibran Khalil Gibran.

--------------

Andrea Sitter / Compagnie Die Donau (Paris)
Juste au corps
Création 2019
En accueil studio du 3 au 7 juin, La Pléiade (partenariat)

L’art d’Andrea Sitter est hors catégories. Danseuse, musicienne, comédienne, poète et performeuse, cette chorégraphe allemande formée à l’Académie de Munich puis auprès de plusieurs grands chorégraphes (Alvin Nikolaïs, Carolyn Carlson, Pina Bausch, Peter Goss, Dominique Mercy, François Verret…), est une artiste à part. Elle a été interprète pour Joseph Russilo, Anne-Marie Reynaud, Odile Azagury, Dominique Boivin, Luc Ferrari. Son goût pour le verbe et son travail avec des metteurs en scène comme Jean-Louis Hourdin ou Eugène Durif l’ont conduite à inventer une « danse-théâtre » directe, intense et sensible. Ses pièces, données en France et dans de nombreux pays, soli ou chorégraphies de groupe (Etc pour le Ballet de Lorraine, ou Obstinés avec un cochon, un cycliste et une funambule) révèlent une artiste décalée, traversée par l’humour et un sens de la dérision manifeste. Pour chacune de ses créations, Andrea Sitter ouvre, à travers son corps et ses propres mots, un voyage au monde, émouvant, violent, autobiographique. Son prochain solo, Juste au corps gravite et s’enracine dans les figures de Valeska Gert, Salomé et Hannah Arendt. « Elles me conduiront vers une histoire personnelle, fictionnelle, sincère, irrévérencieuse, tremblante et joyeuse. »