Thomas Lebrun ©Frédéric Iovino

Thomas Lebrun



Thomas Lebrun Interprète pour les chorégraphes Bernard Glandier, Daniel Larrieu, Christine Bastin, Christine Jouve ou encore Pascal Montrouge, Thomas Lebrun fonde la compagnie Illico en 2000, suite à la création du solo Cache ta joie !.
Implanté en région Nord - Pas de Calais, il fut d’abord artiste associé au Vivat d’Armentières (2002-2004) avant de l’être auprès de Danse à Lille / Centre de Développement Chorégraphique (2005-2011).

On prendra bien le temps d’y être, La Trêve(s), Les Soirées What You Want ?, Switch, Itinéraire d’un danseur grassouillet ou La constellation consternée sont autant de pièces que d’univers et d’esthétiques explorés, allant d’une danse exigeante et précise à une théâtralité affirmée.

Depuis sa nomination au Centre chorégraphique national de Tours en janvier 2012, Thomas Lebrun a créé 11 pièces chorégraphiques :

- La jeune fille et la mort (2012), pour 7 danseurs, un chanteur baryton et le quatuor Voce au Théâtre National de Chaillot ;
- Trois décennies d’amour cerné (2013) lors des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis ;
- Tel quel ! (2013), pièce jeune et tout public ;
- Lied Ballet (2014), pièce en trois actes pour 8 danseurs, un ténor et un pianiste lors du 68e Festival d’Avignon ;
- Où chaque souffle danse nos mémoires (2015), dans le cadre de l’opération « Monuments en mouvement » initiée par le Centre des monuments nationaux, au Château d’Azay-le-Rideau, au Château de Châteaudun, au Palais Jacques Cœur de Bourges, à la Conciergerie de Paris et à l’Abbaye du Mont-Saint-Michel ;
- Avant toutes disparitions (2016) au Théâtre national de Chaillot ;
- Les rois de la piste (2016) ;
- Another look at memory (2017) ;
- Dans ce monde (2018), pièce jeune et tout public à partir de 2 ans ;
- Ils n’ont rien vu (2019) lors du Festival Tours d’Horizons ;
- Mes hommages (2020), pièce sur trois histoires personnelles et artistiques.

Par ailleurs, Thomas Lebrun a co-écrit plusieurs pièces, notamment avec Foofwa d’Imobilité (Le show / Un twomen show), Cécile Loyer (Que tal !) et Radhouane El Meddeb (Sous leurs pieds, le paradis).

Il chorégraphie également pour des compagnies à l’étranger, comme le Ballet National de Liaonning en Chine (2001), le Grupo Tapias au Brésil (Année de la France au Brésil en 2009), Lora Juodkaité, danseuse et chorégraphe lituanienne (FranceDanse Vilnius 2009), 6 danseurs coréens dans le cadre d’une commande du Festival MODAFE à Séoul (FranceDanse Corée 2012), les danseurs de la compagnie Panthera à Kazan en Russie (FranceDanse Russie 2015) et la compagnie singapourienne Frontier Danceland (en 2017).

Parallèlement, il reçoit régulièrement des commandes. En juillet 2010, il répond à la commande du Festival d’Avignon et de la SACD (Les Sujets à Vif) avec la création du solo Parfois, le corps n’a pas de cœur. De même, il chorégraphie et met en scène Les Fêtes d’Hébé, de Jean-Philippe Rameau, en mars 2017 pour l’Académie de l’Opéra national de Paris, présentées à l’Auditorium de l’Opéra Bastille à Paris et au Britten Theatre de Londres.

Depuis sa nomination à la direction du Centre chorégraphique national de Tours en janvier 2012, Thomas Lebrun a créé 11 pièces chorégraphiques et diffusé son répertoire pour plus de 720 représentations partagées avec plus de 183000 spectateurs en France (Théâtre national de Chaillot, Biennale de la danse de Lyon, Festival d’Avignon…) comme à l’étranger (Angleterre, Belgique, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, Croatie, Équateur, Finlande, Italie, Japon, Hong-Kong, Macao, Pays-Bas, Pérou, Russie, Suisse, Taïwan...).

Pédagogue de formation, Thomas Lebrun place la transmission au cœur de sa démarche. Ainsi il est intervenu entre autres au Centre national de la danse de Pantin et de Lyon, au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, à la Ménagerie de Verre, au Balletéatro de Porto, à la Formation du danseur interprète de Coline, au CNDC d’Angers, etc.

Depuis 2018 et en lien avec le CDCN de Guyane et la SN Tropiques Atrium, il développe « Dansez-Croisez », un projet d’échanges et de croisements chorégraphiques avec les artistes des territoires d’Outre-mer et de la Caraïbe en métropole et intervient en Guyane, Martinique, Guadeloupe et à Cuba.

En juin 2014, Thomas Lebrun a reçu le Prix Chorégraphie décerné par la SACD et, en mars 2017, a été nommé au grade de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Parmi ses projets à venir figurent ... de bon augure, création pour 4 danseurs prévue au CCN de Tours en octobre 2020, Mille et une danses (pour 2021), qui sera créé au festival Montpellier Danse 2021 et L’ombre d’un doute, trio pour des danseurs martiniquais, en coproduction avec Tropiques Atrium.

----------------------------------

A dancer with such choreographers as Bernard Glandier, Daniel Larrieu, Christine Bastin, Christine Jouve and also Pascal Montrouge, Thomas Lebrun founded the Illico company in 2000 after making his solo Cache ta joie!. Working in the Nord-Pas de Calais region, he was first an associate artist at the Vivat d'Armentières (2002 - 2004) and then, from 2005 to 2011, with Danse à Lille / Centre de Développement Chorégraphique.

On prendra bien le temps d'y être, La Treve(s), Les Soirées What You Want?, Switch, Itinéraire d'un danseur grassouillet and La constelation consternée are not only dance pieces; they also represent so many universes and aesthetics that he has explored, travelling from a physically demanding, precise dance style to a confirmed theatrical quality.

Thomas Lebrun has also created several pieces jointly with other choreographers, in particular with Foofwa d'Imobilité (Le show / Un twomen show), Cécile Loyer (Que tal!) and Radhouane El Meddeb (Sous leurs pieds, le paradis). He gives pride of place to teaching and transmission. Some of the venues where he has taught include the national dance centers, Centre national de la danse, at Pantin and at Lyon, the Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse and the Ménagerie de Verre, both in Paris, the Balletéatro in Porto and the Fomation du danseur interprète de Coline.

He also creates choreographies for companies abroad, such as the National Ballet of Liaonning in China (2001) and the Grupo Tapias in Brasil (first a solo, and then, in 2009 during the Year of France in Brasil, a quintet). He has worked with FranceDance, making a piece for Lithuanian dancer and choreographer Lora Juodkaité for the 2009 edition of the New Baltic Dance Festival at Vilnius, cooperating with FranceDance Vilnius and CulturesFrance (Vilnius, 2009 Capital of Culture); and for six Korean dancers, a work commissioned by the MODAFE Festival for the opening of its 2012 edition at Seoul (FranceDanse Korea operation). He also choreographed a dance for the Panthera company at Kazan, Russia, in 2015 (FranceDanse Russia operation).

In July 2010, his new solo Parfois le corps n'a pas de coeur was his reply to the Festival d'Avignon's and the SACD's "Sujets à vif" (Hot Subjects) commission.

In May 2011, he made Six order pieces, a solo with a viewpoint from six invited artists (Michèle Noiret, Bernard Glandier, Ursula Meier, Scanner, Charlotte Rousseau and Jean-Marc Serre), for the Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis.

La jeune fille et la Mort - for seven dancers, a baritone and the Voce quartet - followed in March 2012 at the Théâtre National de Chaillot.

Interested in thirty years of love lives in the Aids context, his work Trois décennies d'amour cerné was unveiled in June 2013 during the Rencontres chorégraphiques internationales de Seine Saint-Denis.

Conceived for the youngest of audiences and keeping their parents in mind, his work Tel quel ! first given in December 2013, pokes fun at our differences and paves the road towards tolerance with vitality and impertinence.

In June 2014, Thomas Lebrun received the choreography prize from the Board of Governrs of the SACD (Société des auteurs chorégraphiques et dramatiques).

Invited for the 68th Festival d'Avignon to the majestic setting of the Cloître des Carmes, he made Lied Ballet, a piece in three acts for eight dancers, one tenor and a pianist, in July 2014.

As part of the Monuments in Movement operation initiated by the Centre des monuments nationaux, Thomas Lebrun made Où chaque souffle danse nos mémoires (Where each breath dances our memories), a choreography project first given in September 2015 at the castles of Azay-le-Rideau and Châteaudun, and at the Palais Jacques Coeur in Bourges. It will be on tour throughout the National Monuments until 2017.

He presented a new work, Avant toutes disparitions, at the Théâtre National de Chaillot in May 2016 and Les rois de la piste at the Centre chorégraphique national de Tours in November 2016.

In June 2014, he received the SACD Choreography Prize.

In March 2017 he was named a Chevalier des Arts et des Lettres by the government of France and he created Another look at memory, a piece about 10 years of choreographic creations.

He presented a new work for young and for all in November 2018, Dans ce monde and a piece about the catastrophe of Hiroshima in June 2019, Ils n'ont rien vu

Thomas Lebrun has been director of the National Dance Centre of Tours since January 2012.

Partagez